La paille en plastique, cette ennemie publique

L’invention de la paille ne date vraiment pas d’hier : les premiers usages documentés remonteraient aux Sumériens, 7000 ans av. J-C.! Pourtant, le mouvement anti-pailles gagne en force autant sur les réseaux sociaux que sur le terrain, si bien que ses heures sont comptées.

Une guerre au plastique
Si nos ancêtres se contentaient d’un fétu de paille pour boire, Marvin Stone a créé la première paille en papier en 1880, car il n’appréciait pas le résidu de résine produit par la plante. Brevetée en 1887, la paille a subi plusieurs transformations successives qui ont conduit à sa fabrication avec du plastique dès les années 60.

Cela a généré un problème que personne n’avait vu venir! Ce matériau se recycle mal et prend plus de 200 ans à se désagréger en particules de plus en plus fines : les micro-plastiques. Résultat? Des billions de pailles en plastique à usage unique s’empilent chaque année dans les écosystèmes autour du monde. Elles figurent d’ailleurs au triste palmarès des 10 objets les plus retrouvés lors des corvées de nettoyage des berges.

#nostraw, #strawsucks, #strawwars : les campagnes de bannissement de la paille se multiplient depuis que Bacardi a initié le mouvement en 2016. Le message lancé est simple: « Avez-vous vraiment besoin d’une paille pour consommer votre breuvage? »

Le pourquoi des pailles
La réponse à cette question s’avère nuancée, car l’usage de la paille dépasse le simple caprice. De manière générale, elle facilite la consommation des liquides par les enfants et lors des déplacements. Elle permet aussi aux gens souffrant de sensibilité dentaire de contourner leur problème et aux dames, de préserver leur rouge à lèvres.

En mixologie, de nombreux usages spécifiques s’ajoutent, à commencer par celui de mousser les ventes dans les bars, car oui, la paille fait boire plus vite. Il faut aussi souligner que déguster un cocktail corsé comme un Old Fashioned avec une paille est une très mauvaise idée, car ça va brûler le fond du palais. Il existe néanmoins deux fonctions réellement utiles de la paille: contourner la glace pilée, comme dans Moscow Mule, et porter l’ensemble du contenu d’un cocktail effervescent à la bouche, les bulles tendant à flotter sur les spiritueux.

En mode solution
Heureusement, les pistes de solution abondent! Outre le fait de se passer de paille, la plus facile consiste à remplacer la paille en plastique par une paille lavable et réutilisable en métal ou en verre, des solutions zéro-gaspillage, contrairement aux pailles en plastique et en bambou.

La plus ingénieuse consiste cependant à repenser la manière dont on consomme. En mixologie, cela peut signifier d’utiliser la cuillère pour faire remonter délicatement le spiritueux plus proche de la surface d’un verre highball afin de bien le mélanger avec l’allongeur. En restauration, Patrice suggère l’usage de siphons puissants pour gazéifier directement les cocktails plutôt que d’y ajouter des liquides effervescents.

Et pour ceux qui utilisent d’ordinaire leur paille pour diluer leur cocktail trop corsé avec l’eau produite par la glace, Patrice recommande de demander en amont au barman de l’allonger un peu.

Bref, plus d’excuse! Maintenant qu’on sait que la paille en plastique à usage unique était une erreur, il revient à chacun de la corriger dès le prochain drink!